Issia Pourquoi Pas
Aujourd'hui, nous sommes le Mardi 22 mai 2018. Fête de Saint Emile



CÔTE D'IVOIRE : PRESENTATION GENERALE

Superficie: 322 462 km²
Capitale: Yamoussoukro (depuis 1983)
Population : 16,9 millions d'habitants
PIB par habitant: 420 700 F CFA (640 €)

Taux de croissance du PIB en 2004: +1,0%
Prévisions de croissance du PIB en 2005: +1,0%
Inflation en 2004: +4,4% (+0,1% en Décembre 2004)
(Source: Commission de l'UEMOA, Juin 2005) 

Drapeau Cote d'Ivoire

Situation et climat

Limité au nord par le Burkina Faso et le Mali, au nord-ouest par la Guinée, au sud-ouest par le Libéria, à l'est par le Ghana et à l'ouest par l'océan Atlantique, la Côte d'Ivoire couvre une superficie totale de 322 460 km2, dont 167 100 km2 sont à vocation agricole.

Sur le plan écoclimatique, le pays est divisé en quatre zones qui sont, du sud au nord : une zone côtière de pêche et de cocoteraies; une vaste région forestière (environ 20 % de la superficie totale), fortement atteinte par le défrichement, et connaissant la plus forte pluviométrie (2500 mm/an, réparties en 2 saisons, de mars à juillet et de septembre à novembre); une zone de savane herbeuse; et une zone soudanienne méridionale (12,3 % de la superficie totale) soumise à un climat plus chaud et plus sec (900 mm/an en une seule saison des pluies, de juillet à novembre) (voir carte).

Séparation

Population

La population totale était estimée à 12 948 000 habitants en 1992 (14 526 000 habitants en 1999), dont 6 961 000 soit 53 % de ruraux, contre 77 % entre 1965 et 1980. La croissance de la population est très forte du fait de l'immigration des populations frontalières, avec un taux de 4,2 % entre 1973 et 1988 et 3,01 entre 1988 et 1999. Le taux de croissance annuel de la population urbaine, qui était de 7,5 % entre 1965 et 1980, s'est élevé à 69 % entre 1980 et 1987 .

Séparation

Economie

L'économie ivorienne a enregistré une bonne performance dans les années 70 et au début des années 80, avec un taux de croissance global d'environ 7 % en termes réels. Le PNB par habitant a augmenté de 68 % entre 1961-63 et 1981-83, avant de subir une chute de 25 % en 1987 en raison de la baisse des prix internationaux du café et du cacao.

Le PIB a connu ces dernières années un redressement spectaculaire : taux de croissance annuel de -0,8 % en 1993, 1,8 % en 1994 et 6,5 % en 1995.

Les importations agricoles totales s'élevaient à 316 millions US$ en 1994, contre 486 millions US$ en 1980 (voir aussi les importations céréalières), mais cette tendance à la baisse est encore plus marquée pour les exportations agricoles : 2 milliards US$ en 1980, et 1,5 milliards US$ en 1994.

Séparation

Agriculture

L'agriculture joue un rôle déterminant dans l'économie ivorienne, avec une contribution au PIB de 34,8 % en 1991, contre 39,6 % en 1965. Les superficies cultivées ont progressé régulièrement, et atteignent, en 1993, 3 710 000 ha auxquels il faut ajouter 68 000 ha de cultures irriguées.

Les principales cultures d'exportation sont (avec leur production pour 1994/1995), le cacao (800 000 T), l'huile de palme (280 000 T), le café (145 000 T), le caoutchouc (70 000 T), et le coton. La zone forestière est propice à la culture du palmier à huile et à la production de cacao, café, bananes et ananas. La taille moyenne des exploitations y est de 6 ha. Au nord, le coton et le tabac sont les 2 principales cultures de rente. Les exportations agricoles ont fortement progressé depuis 1961-63, jusqu'à représenter 44 % du total des exportations en 1987.

Les cultures vivrières sont constituées par le riz, le maïs, le mil, l'igname, les bananes plantains et, plus récemment, le soja. L'igname, le riz et le maïs sont cultivés en zone de savane, où les exploitations sont plus petites qu'en zone forestière (3,6 ha) (voir carte). Au niveau national, la récolte de riz est passée de 160 000 T en 1960 à 670 000 T en 1989, mais reste insuffisante pour couvrir les besoins (360 000 T importées la même année). Le pays est autosuffisant en maïs (530 000 T récoltées en 1994 contre 147 000 T en 1960), manioc (1 475 000 T) et igname (2 630 000 T). Toujours en 1994, la production de bananes plantains a atteint 1 430 000 T, et celle de mil/sorgho 83 000 T.

Les importations alimentaires sont constituées essentiellement de protéines animales, de conserves et de céréales, riz et blé principalement.

Séparation

Situation alimentaire

Le taux d'autosuffisance alimentaire pour les productions vivrières a évolué comme suit :

1961-63 1971-73 1981-83 1985 1987
Céréales 82,2 72,9 50,6 59,5 53,6
Racines et féculents 99,8 99,8 99,7 99,8 99,6
Légumineuses 99,3 92,7 98,2 95,2 98,8

Source : ESN (FAO, Economic & Social department, Nutrition division)

Les disponibilités alimentaires en termes de calories et de protéines ont progressé entre 1962 et 1972, et sont restées depuis lors relativement stables : 2490 kcal/pers./jour et 50 g/pers./jour en 1992. En 1997, la disponibilité énergétique avait augmenté pour atteindre 2 610 kcal/pers./jour. Cependant, les céréales et les matières grasses prennent une importance croissante dans la ration, au détriment des racines et tubercules, et des fruits et légumes (voir aussi la répartition des apports énergétiques).